We are apologize for the inconvenience but you need to download
more modern browser in order to be able to browse our page

  

SONOLOR J’ADORE…

 

Il n’y a pas plus Neo-Vintage que SONOLOR ! La grande marque de radio-TV du XXème siècle a été pour beaucoup « un truc hyper chouette » comme le chante Richard Gotainer.

 

Ce truc hyper chouette pourrait faire un retour fracassant ! Rembobinons l’histoire…

Sonolor, le 1er modèle (source: le grand livre de www.doctsf.com)

1935: Sonolor, le 1er modèle de radio

Voici le 1er modèle de radio à tubes (7 lampes) qui sort de l’atelier de la rue du Faubourg Poissonnière à Paris. L’inspiration est Art Déco, la radio en bois, au nom de SONOLOR (un son en or bien sûr).

La marque est inconnue et doit cohabiter avec les centaines d’autres noms qui naissent avec la diffusion de ce moyen de communication révolutionnaire. Mais Sonolor aura, elle, une longue et riche histoire.

Le Sonolor Corail cadre de 1954

1947: Une marque, un homme

L’homme-clé de SONOLOR sera M. André Bazin, qui rachète cette obscure marque noyée au milieu de 300 autres assembleurs de radio. C’est un entrepreneur, un vrai, tenace, paternaliste, concret… et anticipateur.

Il aura l’intuition avant les autres du potentiel grand public d’une innovation majeure: le transistor…

1959: le grand bond en avant

Voilà la raison du succès de SONOLOR: M. Bazin croit dès le début dans l’essor du transistor… et en bon entrepreneur, il y met les moyens: une vraie usine se créé au nord de Paris, à la Courneuve. Son pari est une réussite: moins cher, plus solide, les radios SONOLOR distancent la concurrence restée aux tubes.

Sonolor a ainsi contribué à faire entrer la France à l’âge de l’électronique.

1960: la saga des transistors

Portatifs, beaux, les SONOLOR accompagnent les Français et les Belges dans leur vie quotidienne. L’usine de la Courneuve est compétitive, le design réussi, SONOLOR devient une grande marque aux nombreux produits…

1962: des auto-radios…

SONOLOR attaque très tôt ce nouveau marché avec des produits simples et fiables, qui en feront une marque populaire et accessible.

Publicité SONOLOR dans Paris-Match de 1974

… à la Hifi…

Le Son de SONOLOR s’appréciera aussi sur des tourne-disques puis des chaines HIFI.

…et à la télévision

Qui dit transistor dit aussi télévision dans les années 60, et SONOLOR développe une gamme de produits noir & blanc puis couleur dans son usine de la Courneuve. Jusqu’en 1989 des TV porteront l’emblème de la marque.

Les « SONOLOR » de 1969 à 1974, l’équipe de Jean Stablinski

Le cycliste Jean Stablinski trouve un sponsor en contactant le PDG de SONOLOR, qui en profitera parfois pour courir avec lui! Ce sera 5 ans de collaboration sur le Tour de France: 1969-1971 : Sonolor-Lejeune,  1972-1973 : Sonolor, 1974 : Sonolor-Gitane

Les cyclistes porteront les couleurs de SONOLOR devant des millions de postes allumés, la passion du cyclisme de M. Bazin rejoindra avec astuce son sens de la publicité.

 

Années 70: au sein du géant ITT

Le conglomérat américain achète SONOLOR  au début des années 70, intéressé par la popularité de la marque et ses parts de marché, notamment dans les TV. Sonolor y perdra son indépendance gauloise, mais y gagnera l’apport du savoir-faire d’un groupe puissant.

Top
LOADING CONTENT